Les conséquences du harcèlement sexuel

--> Retour à la page "Stop harcèlement"

 

Le sujet est encore largement tabou et les personnes victimes de harcèlement sexuel ont tendance à cacher ce qu’elles ont vécu, sans oser raconter ou expliciter leur souffrance. Il est donc important de mentionner concrètement les conséquences possibles du harcèlement sur les personnes qui le subissent. Cela peut permettre également de mieux détecter un mal-être dans votre entourage.

Sur la santé

Les victimes souffrent du harcèlement sexuel, parfois encore des années plus tard. Cela peut se traduire de différentes manières : insomnie, perte de confiance en soi, troubles de la concentration, oublis, anxiété sociale, dépression, etc. A cela peuvent s’ajouter les manifestations caractéristiques de l’angoisse et de l’anxiété telles que des migraines, maux de dos ou de ventre, ulcères, asthme ou crises de tétanie. Enfin, les victimes peuvent développer des addictions à différentes substances : tabac, alcool, psychotropes, etc.

Sur les relations sociales

Le harcèlement affecte la capacité des victimes à faire confiance à leur entourage et peut conduire à un repli sur soi. Elles sont souvent amenées à changer de lieu d’études ou de travail pour se protéger des comportements harcelants, ce qui les isole. Dans ces situations, il est important que ces personnes puissent compter sur le soutien de leur entourage et de leurs collègues.

Sur les études

Le harcèlement entrave lourdement la réussite et conduit à l’obligation de prendre sur soi, de changer de filière, voire de directeur/directrice de mémoire, mais également à opter pour un autre sujet de thèse ou de post-doc. Il peut provoquer une interruption passagère des études, un échec aux examens, voire l’abandon du cursus.

Sur la carrière professionnelle

Le harcèlement, en particulier s’il est le fait d’un·e supérieur·e hiérarchique, peut entraîner des blocages de carrière : mauvaises évaluations, non invitation à participer à des séances, à des réunions d’équipe, à des colloques, obstacles à la publication et à obtenir des financements et in fine à accéder à des postes. Tout cela peut contraindre à un changement d’orientation, à revoir ses ambitions professionnelles à la baisse, voire à abandonner tout bonnement la voie académique.

Sur la réputation d’une institution

L’absence de politique de lutte contre le harcèlement sexuel dans une université écorne sérieusement sa réputation et, par conséquent, son attractivité tant pour les étudiant.e.s que pour les enseignant.e.s, chercheur.e.s et le personnel administratif, technique, de gestion et spécialisé.