Agenda

Du au

Triennale photographie et architecture

Horaires: 10:00 - 18:00
Lieu: Musée de la Faculté d'Architecture de l'ULB
Ajouter au calendrier

La 6ème édition de la Triennale “Photographie et Architecture” aura lieu du 16 mars au 13 mai 2018 dans le Musée de la Faculté d’Architecture de l’ULB. Elle y traitera des lieux, espaces, territoires et frontières des paradis et enfers contemporains, de leurs élus et de leurs exclus, par la photographie et par le texte.


La Triennale “Photographie et Architecture” s’inscrit au coeur des programmations culturelles de l’Université libre de Bruxelles. Lorsqu’une Faculté d’Architecture prend l’initiative d’organiser une exposition de photographies, elle affirme que l’exercice du regard est un préalable essentiel à toute forme d’action consciente sur le monde. Discipline de la transformation par excellence, l’architecture est avant tout une prédisposition à la lecture, à la compréhension et à l’interprétation de ses champs d’opération.


20 photographes évoquent donc l’architecture, la ville et le paysage au-delà de leur valeur formelle et de leur dimension esthétique. Il s’agit bien ici d’investir leurs épaisseurs humanisées, invisibles, codées, cartographiées, leurs valeurs d’échange, non marchandes, les sens qu’ils contribuent à établir à travers les signes qui les habitent, dans leur réalité la plus anonyme, la plus quotidienne. Cette “sensibilité” politique oriente les choix du thème et des sujets.

 

Les apparences du monde d’aujourd’hui sont parfois trompeuses. Dans le même temps, les contrastes de ses évidences dissipent opportunément bien des doutes, bousculent bon nombre de nos certitudes. Quoi qu’on en pense. Le thème de l’édition 2018, Paradis infernaux / Enfers paradisiaques, condensera cette conviction.


Pour cette 6ème édition, Marc Mawet, commissaire et fondateur de la triennale, a voulu mettre l’accent sur la dimension éditoriale de l’exposition en invitant 13 auteurs à se joindre à lui pour qu’ils apportent leur éclairage personnel sur les sujets abordés. Bien plus que d’adjoindre des descriptions ou des commentaires, il s’agit bien d’offrir ici des interprétations singulières d’architectes, de philosophes, d’anthropologues, de criminologues ou journalistes de l’université ou d’ailleurs. Ils décryptent le réel en toute décomplexion.